Partager Nous suivre sur Facebook

La mission de SORREDIV : aider les jeunes mères à vivre de façon autonome, à trouver leur place, pour elles et leurs enfants, dans la société.

Notre mission

SORREDIV prend en charge les mères célibataires de la commune de Butezi.

Photo ci-dessus : Fête à Rwanza, mères célibataires qui dansent.

SORREDIV rencontre les mères célibataires à la maison d’accueil. SORREDIV désire les aider à trouver un avenir plus juste, où elles pourront s’assumer financièrement, elles et leur enfant.
Toutes sont accueillies avec la même écoute et la même attention.

Plus spécifiquement, il s’agit :

  • • D’identifier les jeunes mères célibataires et enfants non accompagnés pour les aider à regagner l’enseignement général ou l’enseignement des métiers selon leurs possibilités.
  • • D’aider les jeunes mères qui n’ont pas la capacité de reprendre l’école à poursuivre une formation humaine, et une formation à un métier qui leur permettra d’élever dignement leur enfant non reconnu par la société. Pour ces mères célibataires, SORREDIV veut mettre sur pied des formations courtes. Bien que ne donnant pas accès à un diplôme officiel, elles leur permettront d’apprendre certains métiers : l’agriculture et l’élevage moderne, la transformation et la conservation des aliments, la couture, la cuisine, et même la menuiserie. Il s’agit de les aider dans l’éducation de leur enfant par l’apprentissage et les bases d’une meilleure alimentation pour l’enfant, savoir reconnaître rapidement si leur enfant est malade ou semble avoir un problème. Un autre aspect très important concerne l’eau : potable, comment la conserver, dans un lieu sans raccordement à l’eau, ni à l’électricité.
  • • SORREDIV reste proche, les encourage, les aide à aller de l’avant, à prendre confiance en elles et en leurs possibilités. Mais aussi à retrouver leur Dignité et à se faire respecter.
  • • SORREDIV assure une prise en charge médicale et psychologique ;
  • • SORREDIV aide les mères célibataires à regagner leurs familles là où c’est possible.

Mère célibataire de Rwanza et son enfant.

Il n’a pas été facile de remettre les mères célibataires à l’école

S’occuper de la Dignité d’une jeune « fille mère » est mal vu par la société burundaise, même par les autorités religieuses. Il a fallu de longues procédures pour qu’une fille chassée de l’école à cause d’une grossesse puisse être admise dans une autre école, d’autant que les places manquent dans les écoles au Burundi.
Certains parents n’acceptent pas de s’occuper de leur petit-enfant, ce qui empêche le retour à l’école de la jeune mère.

Intégration des enfants nés hors mariage

Les enfants nés du viol, ou les enfants des très jeunes filles abusées, ne sont pas inscrits au Registre de l’Etat Civil. Ils sont donc inexistants et n’ont aucun droit. En septembre 2017, une première classe « maternelle » ouvrira ses portes à Rwanza. Elle sera ouverte aux enfants des mères célibataires, mais aussi aux enfants de la colline. Déjà l’enseignant est choisi, les meubles sont en construction et les mamans ont constitué un comité de gestion de l’école maternelle. Ce comité a décidé des endroits où le véhicule de Rwanza viendra chercher et reconduire les enfants qui iront à l’école maternelle.

SORREDIV avait organisé les 3, 4 et 5 septembre 2012 dans sa maison d’accueil de Rwanza trois journées de rencontre entre les parents, leurs filles, mères célibataires, et les autorités provinciales de Ruyigi. Il s’agissait de sensibiliser les participants aux manquements graves à la « Dignité » de l’enfant, c’est-à-dire la mère célibataire et son enfant. Ces trois journées ont débouché sur l’adhésion des parents à la cause soutenue par SORREDIV asbl : un énorme pas en avant, alors qu’ils rejetaient et traumatisaient leur fille, mère célibataire. Grâce à cette action, beaucoup de familles commencent à accepter le retour de leur fille et de son enfant en leur sein.

SORREDIV prend en charge les mères célibataires de la commune de Butezi.
Les petits bancs de la classe de 1ere maternelle à Rwanza.

L’École Maternelle

Une première classe de maternelle s’ouvrira en septembre 2017. Nous avons trouvé un enseignant et réuni les mères célibataires et les mères habitant notre voisinage.

De Belgique nous avions envoyé un peu de matériel (trop peu).
L’école maternelle à Rwanza préparera les enfants à l’école primaire. Le programme des classes maternelles est déjà élaboré.
En province de Ruyigi, on parle le Kirundi (la langue maternelle) et nous désirons pendant les trois années de maternelles apprendre aux enfants le français et des bases d’anglais.
Les enfants apprendront à vivre ensemble, par les jeux, le chant, les petites tâches qui leurs seront demandées, dans le respect de l’autre. Les enfants des mères célibataires apprendront à rire, sourire, comme tout enfant. Ces enfants ressentent qu’ils sont la cause du rejet de leur maman par la communauté et ils voient qu’ils n’ont pas de papa. Ce sont des enfants très réservés, toujours seuls.
Les trois années les amèneront jusqu’à l’écriture, la lecture et le goût de la lecture. N’hésitez pas à nous envoyer des livres en bon état ! Les enfants devront aussi avoir acquis de bonnes bases en calcul.

Pourquoi cette école ?

Il manque des places dans les écoles. Il faut que l’école qui accueillera les enfants des mères célibataires ait envie de le faire en constatant que ces enfants sont bien préparés, qu’ils ont envie d’étudier et, malgré le nombre important d’enfants dans les classes primaires, mais aussi secondaires, qu’ils ne soient pas une charge supplémentaire pour les enseignants.

Satisfaire les besoins élémentaires

Malheureusement la famine règne, en grande partie à cause du changement climatique. Les gens n’ont pas d’eau, la saison des pluies n’est plus au rendez-vous depuis 3 ans.
Nous voulons aussi permettre aux enfants dont SORREDIV prendra la responsabilité, de grandir en bonne santé. Pour cela les enfants recevront un repas à l’école maternelle.

Ecole primaire

La mise en place de l’école maternelle sera certainement suivie par celle de l’école primaire, à Rwanza. Nous espérons pouvoir débuter les travaux et les démarches administratives très bientôt.

Les enfants des mères célibataires apprendront à rire, sourire, comme tout enfant.

L’École Maternelle
RWANZA - Centre de Formation Professionnelle.

Le Centre de Formation professionnelle (C.F.P.)

Le Centre de Formation Professionnelle (C.F.P.) s’adresse aux jeunes qui ont réussi leurs études secondaires.

Voici les Formations qui seront données au Centre, lors de 3 années par formation, donnant accès à un diplôme.

• Sélection Agriculture
• Sélection Elevage « vétérinaire »
• Sélection Technologie des Industries Agro-alimentaire
• Sélection Hôtellerie et Tourisme
• Sélection Hôtellerie et Restauration
• Sélection Informatique et Télécommunications
• Sélection Informatique et Maintenance
• Sélection Electricité Industrielle
• Sélection Mécanique Générale
• Sélection Electromécanique

Certaines formations permettent de poursuivre une formation d’ingénieur à l’Université.
Mais à Rwanza se donneront aussi des « Formations plus courtes »  : couture, cuisine, transformation et conservation des aliments, conservation et transformation du lait, gestion de l’eau, soins aux nourrissons. Certaines de ces formations seront données par des jeunes qui se sont formées ou sont en formation pour travailler à Rwanza (assistantes sociales, infirmières, etc). D’autres formations demandent des compétences que nous n’avons pas encore.
Elles demandent beaucoup de matériel, n’hésitez pas à nous aider ! Nous vous communiquerons la liste correspondant à chaque formation. Cette liste a été établie par le Ministère de l’Education du Burundi.

Un centre artistique et de mémoire

Par delà l’urgence d’une aide aux mères célibataires et à leurs enfants, SORREDIV souhaite mettre en valeur le patrimoine artistique du Burundi. C’est une démarche à la fois urgente et fondamentale dans un pays dévasté par de nombreuses années de guerre. Le danger est grand pour les jeunes générations de se voir coupées de leurs racines. La culture burundaise est riche d’une tradition orale pétrie de poésie, où le chant et la danse ont la part belle. Rwanza pourrait devenir un lieu de mémoire intergénérationnelle, où les anciens racontent aux enfants les traditions, les dictons, la poésie, l’histoire. Rwanza mettra en valeur tous les aspects de la culture : danses, artisanat, histoire orale et ce rapport si important au bétail.

Les cours de danses sont importants. Depuis plusieurs années, l’Abbé Senkware a désiré que les mères célibataires dansent, et elles ont appris à danser. La danse les aide à retrouver leur Dignité, à partager des moments heureux, à exprimer ce qu’elles ressentent. D’autres personnes dansent avec elles, ce qui est une façon de les encourager.

Le Centre de Formation Professionnelle étant ouvert aussi aux garçons, ceux qui en feront la demande pourront apprendre l’art des célèbres "Tambourinaires".

Un centre artistique et de mémoire
Rwanza, 2015 - Jour de la pose de la première pierre du Centre de Formation Professionnelle.
bandeau

"Je m’appelle Dina. J’habite dans la province de Ruyigi et depuis plusieurs années je suis active dans SORREDIV à Rwanza.
Le projet de SORREDIV a soulevé un immense espoir, spécialement chez nous, province pauvre , où nous n’avons pas les possibilités de la capitale.
Rwanza est vraiment un lieu d’espérance et d’écoute. Nous y accueillons spécialement les mères célibataires, mais il y a un passage incessant de personnes qui viennent demander un conseil ou qui désirent voir si l’école maternelle va bientôt commencer. Elle est prête, tout est préparé pour commencer en septembre.
Pour SORREDIV je me suis formée, comme infirmière, parce que je désire être encore plus proche et plus utile dans ce projet qui accueille les mères célibataires et qui veut les aider à retrouver leur Dignité.
Il est important d’être à leurs côtés, de les écouter, et de veiller à ce que leurs enfants, ,filles ou garçons, puissent, bien que n’ayant pas de statut, aller à l’école et un jour avoir une vie avec des droits, dont celui de travailler et de créer une famille."

9 mai 2017 - Dina, infirmière.

"Pourquoi j’aime le projet de SORREDIV et m’y suis engagée ? J’aime ce projet qui vient en aide aux mères célibataires et aux enfants non accompagnés. Je suis fière de savoir que malgré les difficultés rencontrées, ces jeunes mères réussissent leurs secondaires et se préparent à commencer trois années de formation qui leur donneront un diplôme. Celui-ci les aidera à trouver du travail et à s’assumer financièrement. SORREDIV les aide à retrouver leur Dignité, à regarder avec plus de confiance leur avenir et celui de leur enfant. C’est un projet juste et bon. La justice, quand elle est accompagnée de la bonté, rend libre et heureux. Partager ce projet, rend Libre et Heureux. Si vous avez des questions, des propositions pour nous aider, c’est avec joie que je vous répondrai, que je vous écouterai."

Juin 2017 - Baronne Jean de Favereau de Jeneret, Présidente SORREDIV Belgique

NOUS CONTACTER

EN BELGIQUE : SORREDIV ASBL

N° d’admission : 838084552

AU BURUNDI : SORREDIV ASBL

B.P. 5310 BUJUMBURA, BURUNDI Toussaint 0025779584939


Photo de l'abbé
Photo de la Baronne

ABBÉ VENANT SENKWARE

Baronne Jean de Favereau

SORREDIV ASBL (

Ce projet, né dans les soubresauts d’une de ces terribles guerres de la fin du XXè siècle, est une éclatante riposte de la vie ! Quoi de plus intensément vivant que de redonner sa dignité à une jeune mère abusée et à son enfant ? C’est toute sa communauté qui retrouve alors sa vitalité !

|couper{150}|textebrut)
Luxembourg